Les Pêcheries Raymond Desbois s’installe dans Sillery avec son tout nouveau restaurant : La Gaspésienne 51

BROUILLARD COMMUNICATION

 

Le menu du restaurant changera selon les arrivages du jour et des saisons. Tous les produits utilisés proviendront bien évidemment de la Poissonnerie adjacente qui priorise les produits québécois et du Nouveau-Brunswick, et bien sûr ceux pêchés par l’entreprise familiale. Selon les semaines, le crabe, le thon, les crevettes nordiques, les crevettes tigrées, le homard, les pétoncles, la morue, le turbot, le filet de saumon, la darne de saumon, le filet et la darne de flétan, la truite (entière et en filet) et l’éperlan, pour n’en nommer que quelques-uns, voleront la vedette à tour de rôle pour impressionner les clients du restaurant en prenant la forme de bouchées, de tartares, de salades, de mousses, de pâtés, de galettes, de sandwichs, de salsa, de quiches et bien d’autres! Fumés, panés, boucanés, salés : ce sera le festival des produits de la mer sous toutes ses formes! Il sera même possible de pêcher soi-même son homard sur place! Une carte de vins minutieusement sélectionnés et des bières de microbrasserie gaspésiennes (La Pit Caribou (Percé), Le Naufrageur (Carleton)) et québécoises permettront un accord sans pareil pour une expérience culinaire complète.

Le nom du restaurant est loin d’avoir été choisi au hasard! Il y a 60 ans, le gouvernement venait en aide aux pêcheurs gaspésiens en construisant 50 bateaux de qualité supérieure se nommant Gaspésienne no 1, no 2… en s’arrêtant bien sûr à la Gaspésienne 50. Cette époque rappelle un moment significatif pour les Gaspésiens et c’est cette portion de l’histoire que La Gaspésienne 51 visera à rappeler à ses clients qui se sentiront en pleine Gaspésie dans un décor rappelant les bateaux de pêche, les voiliers, la plage, la mer et le bois, signé Sublime Architecture. Les cages à homard, la bouée de sauvetage, la queue de thon empaillée, les vieilles photos, les différents objets en lien avec pêche et la musique acadienne contribueront sans aucun doute à ce voyage qui sera loin de donner le mal de mer… bien au contraire! Une des sections, avec son aquarium géant, donnera même l’impression d’être sous l’eau!

Authentique à la pêche et la mer, le logo, créé par la firme Larouche Marketing Communication, est épuré, jeune, moderne et s’inspire des lettres « pochoirs » qu’on remarque sur les bateaux de pêche. Celui-ci contribuera donc également à recréer l’univers désiré.

Les Pêcheries Raymond Desbois, une histoire de famille 

Les Pêcheries Raymond Desbois, c’est trois générations de pêcheurs! Raymond Desbois a suivi les traces de son père en débutant d’abord par la pêche à la morue à bord de son propre bateau de pêche, un barque en bois, pour ensuite se faire construire un plus gros bateau, le Allain-Richard, puis un crevettier, le Yohan-Mirja, encore actif aujourd’hui et étant le seul bateau possédant un permis pour cuire la crevette directement sur le bateau! Son fils, Bertrand Desbois, a également eu la piqure très tôt. Il a effectué ses études à l’École des pêches de Grande-Rivière et a ainsi obtenu son permis de Capitaine de bateau. Depuis, il possède plusieurs bateaux et plusieurs permis ; crabe, crevettes, homard, morue, turbot, flétan, hareng et pétoncle. Il s’occupe également de la compagnie de son père, Les Pêcheries Raymond Desbois. Sa plus grande fille, Myriam, est présentement le directrice générale de l’entreprise. Depuis trois ans, elle veille donc au développement de la compagnie à Québec, gère la poissonnerie et travaille au Marché du Vieux-Port depuis maintenant 10 ans. Le projet de La Gaspésienne 51 sera entièrement géré par elle, avec l’aide de sa sœur cadette, Katherine, nouvellement embarquée dans l’aventure familiale, et qui donne un coup de main à Myriam dans la gestion de l’entreprise, particulièrement en ce qui a trait à la comptabilité et la cuisine. Une belle histoire de famille… gaspésienne!

Site Web :

www.lespecheriesraymonddesbois.com

Facebook :

Pêcheries Raymond Desbois

Sur les images : Perspectives du futur restaurant La Gaspésienne 51

Crédit : Sublime Architecture